Site officiel de l'Opéra Grand Avignon
  • BASTIEN ET BASTIENNE
    BASTIEN ET BASTIENNE

    Samedi 19 Décembre à 16h

    Lire la suite

    À partir de 8 euros

  • LA VEUVE JOYEUSE LEHÁR
    LA VEUVE JOYEUSE

    Dimanche 27 Décembre à 14h30
    Mardi 29 Décembre à 20h30
    Jeudi 31 Décembre à 20h30

    Lire la suite

    À partir de 15 euros

  • (Ré)Ouverture - Saison 2020/2021 - Le programme
    Programme de la saison

  • Le Feuillet de l’Opéra

    Blog signé Marianne Millet

Cher Public,

Bonjour à toutes et à tous,
 
Dans le cadre des décisions annoncées par le Président de la République le 24 novembre dernier, l’Opéra Grand Avignon a le plaisir de se préparer à ouvrir à nouveau ses salles aux spectateurs, à partir du mardi 15 décembre.
 
Cependant, nous vous informons que les trois spectacles ci-dessous sont annulés : (suite…)

LES LABILITÉS AMOUREUSES PARTITA 2

  • Dates
Mercredi 2 Juin et Jeudi 3 Juin à 21h30
  • Infos pratiques
  • Tarifs : À partir de 8 euros
  • Lieu en plein air à déterminer
    Durée 1h

Chorégraphies Julien Guérin
Lumières Dominique Drillot
Violon NN
Ballet de l’Opéra Grand Avignon

« La musique constitue matriciellement ma façon de chorégraphier. Car les sonorités successives colorient les émotions, ceignent notre réel et avivent en nous de pluriels sentiments. Et, dans le cas de l’amour, de cet acte d’aimer, la musique possède une puissance évocatrice sans égal.
 
Bach a composé la Partita n°2 comme un fabuleux répons plein d’espoir malgré la peine liée à la disparition de son épouse. Le vocabulaire chorégraphique choisi traduit cette quête communément humaine d’aimer au-delà, d’aimer toujours. Les mouvements des corps des danseurs impriment, scandent cette intention de s’affranchir des mots pour laisser une geste, raconter la douleur, le recueillement, l’introspection. Le son du violon, joué sur scène, irrigue cette grammaire afflictive et porte par le sien et seul partage cette certitude d’un ressort capacitaire face aux assauts dolosifs. Sur Partita n°2, j’ai voulu créer avec les danseurs une pièce abstraite, une sorte d’ode amoureuse, célébrant la vie dont le don précieux et unique ne peut s’apprécier qu’à l’aune de notre condition de mortel, caractéristique de notre irréversible finitude, mais dont l’amour, lui, toujours, peut s’affranchir. Pièce initialement abordée en période de confinement, fruit d’un premier travail réalisé à distance, via les technologies de visioconférence, par le chorégraphe, la violoniste et les interprètes, cette pièce prendra toute sa force d’évocation dans une vraie rencontre des interprètes et de la concertiste avec le public. »
Julien Guérin

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Nom*
  • E-mail*
  • Site web
  • Message*

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.