Site officiel de l'Opéra Grand Avignon
  • Le Feuillet de l’Opéra

    Blog signé Marianne Millet

  • Les mousquetaires au couvent

    Vendredi 29 décembre 2017 à 20h30
    Samedi 30 décembre 2017 à 20h30
    Dimanche 31 décembre 2017 à 20h30
    Opéra Confluence

    Lire la suite

    A partir de 12 euros

  • SAISON 2017-2018

    LIBERTÉ

  • Orphée

    Dimanche 3 décembre 2017 à 14h30
    Mardi 5 décembre 2017 à 20h30
    Opéra Confluence

    Lire la suite

    A partir de 12 euros

NAVETTE OPÉRA, la navette qui vous emmène à l’Opéra !

La navette Opéra est mise en place pour vous transporter facilement sur les différents lieux de spectacles. Elle vous prend en charge sur l’ensemble des arrêts des remparts d’Avignon et vous dépose à l’Opéra Confluence (Avignon), à L’Autre Scène (Vedène), , à la Salle Jean Galia (Rochefort du Gard), au Château de Fargues (Le Pontet) et au Pôle Culturel Jean Ferrat (Sauveterre).
Pour toute information, cliquez ICI

Le pays du sourire

  • Dates
Samedi 10 mars 2018 à 20h30
Dimanche 11 mars 2018 à 14h30
Opéra Confluence
  • Infos pratiques
  • Tarifs : A partir de 12 euros
  • Durée : 2h30

 
 

Opérette romantique en trois actes
de Franz Lehár
Livret de Ludwig Herzer et Fritz Löhner
d’après Victor Léon
Adaptation française d’André Mauprey
et Jean Marietti

 
Direction Benjamin Pionnier
Direction du Chœur Aurore Marchand
Études musicales : Kira Parfeevets
 
Mise en scène, décors et costumes
Pierre-Emmanuel Rousseau
Chorégraphie Elodie Vella
Lumières Gilles Gentner
 
Princesse Lisa Amélie Robins
Princesse Mi Norma Nahoun
Prince Sou-Chong Sébastien Droy
Gustave de Pottenstein Marc Scoffoni
Tchang Francis Dudziak
 
Orchestre Régional Avignon-Provence
Chœur de l’Opéra Grand Avignon
Ballet de l’Opéra Grand Avignon

 
 
Le Pays du Sourire, c’est l’histoire d’amour impossible entre Lisa, l’Autrichienne et Sou-Chong, le Chinois ; Mal aimer et ne pas chercher à comprendre l’autre. Lisa, héritière autrichienne, danse et s’enivre sur la poudrière de l’Europe des années 1910. Dans une fuite en avant sans frein, elle revendique, en femme moderne, sa liberté ; libre de refuser un mariage de convenance, libre d’aimer un étranger et de tout quitter. Superbe et lâche, mélancolique et grandiose, Sou-Chong est comme un double du dernier empereur Pu-Yi. Héritier d’un empire, qui s’effondre, muré dans ses traditions, et sourd au fracas de la rue.
 
Je veux raconter l’histoire de ces deux solitudes qui jamais ne semblent se rencontrer. Je veux donner à voir deux êtres enfermés dans les carcans de leurs héritages respectifs, qui tentent de s’aimer. Ils s’aiment mal, maladroitement, dans une grande tension. Les corps se cherchent, s’effleurent, se cabrent, se retirent. Ils s’effacent dans un renoncement, incapables de s’affranchir de leurs barrières culturelles. Ainsi, cette histoire n’est pas que la chronique de l’échec de cet amour fou, et venimeux. C’est aussi une peinture forte, saisissante, de l’exil, et de la souffrance que l’on a à se sentir loin de son pays, en terre étrangère. Exil de Sou-Chong en Autriche dans le premier acte, et, en miroir, exil de Lisa en Chine dans la seconde partie. Ces exils, cette incapacité à comprendre l’autre vont avoir raison de cet amour hors norme pour l’époque. Pierre-Emmanuel Rousseau
 
 
Nouvelle Production
En co-production avec l’Opéra de Tours

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Nom*
  • E-mail*
  • Site web
  • Message*

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.