Site officiel de l'Opéra Grand Avignon
  • Programme de la saison 2019 2020 : Fraternité
    Programme de la saison

  • La flûte enchantée
    La Flûte Enchantée

    Vendredi 27 décembre 20h30
    Dimanche 29 décembre 14h30
    Mardi 31 décembre 20h30

    Lire la suite

    À partir de 15 euros

  • DEVENEZ MÉCÈNE et participez au financement des nouveaux fauteuils de la Grande Salle de l’Opéra Grand Avignon !

    Lire la suite

    à partir de 500 euros

  • Le Feuillet de l’Opéra

    Blog signé Marianne Millet

La théorie du Crocodile

  • Dates
Mercredi 25 mars à 17h
  • Infos pratiques
  • Tarifs : Tarif unique 9 euros Hors abonnement
  • L’Autre Scène
    Vedène
    Durée 50min

 

Chorégraphie et Danse Delphine Bachacou et Jean-Philippe Costes Muscat
Composition et interprétation musicales Ben Rando
Ecriture textes Delphine Bachacou et Jean-Philippe Costes Muscat
Création lumière Sébastien Choriol
Création costume Marine Provent
Regard extérieur Rachel Mateis
Compagnie Les Ouvreurs des possibles

Le crocodile (autrement dit notre cerveau reptilien) est cette partie de nous qui protège et défend nos besoins. Il a la responsabilité de défendre l’intégrité face à tous les événements « menaces ». Cette défense est assurée par un système archaïque mais qui a fait ses preuves, puisqu’il est parvenu à garantir depuis la nuit des temps la survie de l’être vivant et de l’espèce humaine. Qu’il s’agisse d’un mammifère, d’un homme de Cro-Magnon ou d’un homme du XXIème siècle, les réponses apportées à ce qui menace son intégrité sont universelles. On fuit, on lutte ou on se replie sur soi. Bref, « on n’échappe pas à son crocodile » surtout quand il devient trop bavard. Le crocodile a ses petits travers et ses grandes habitudes… Quand il rencontre de vieilles mémoires, de vieux souvenirs parfois même invisibles (nichés dans le cerveau limbique), il réagit plus vite que son ombre. Nous voilà alors prisonniers de notre crocodile faisant de nous l’esclave de nos réactions émotionnelles, émotions parfois douces, teintées de nostalgie, d’une pointe d’agacement, d’un peu de fébrilité mais qui peuvent aussi être fortes, massives, s’imposant comme un séisme.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Nom*
  • E-mail*
  • Site web
  • Message*

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.