Site officiel de l'Opéra Grand Avignon
  • Temps fort de la saison
    MIDI à l’Opéra !

    5 novembre 2021
    3 décembre 2021
    21 janvier 2022
    11 mars 2022
    3 juin 2022

    Lire la suite

    Entrée Libre

  • Le Feuillet de l’Opéra

    Blog signé Marianne Millet

IDOMENEO – Wolfgang Amadeus Mozart

  • Dates
Vendredi 25 mars 20h30
Dimanche 27 mars 14h30
  • Infos pratiques
  • Tarifs : À partir de 10€
  • Opéra Grand Avignon
    Durée : 2h30

Direction musicale Debora Waldman
Mise en scène, scénographie et costumes Sandra Pocceschi et Giacomo Strada
Collaboratrice aux costumes Sofia Vannini
Assistante à la mise en scène Héloïse Sérazin
Lumières Giacomo Gorini

Idomeneo Jonathan Boyd
Idamante Albane Carrère
Ilia Chiara Skerath
Elettra Karen Vourc’h
Arbace Antonio Mandrillo
Gran Sacerdote Yoann Le Lan
Voce di Nettuno Wojtek Smilek
 
Orchestre National Avignon-Provence
Chœur de l’Opéra Grand Avignon

 
Un dieu, un père, un prince : où chercher la liberté ?
La guerre est terminée. Laquelle ? La guerre de Troie – toujours elle. Mais les drames appellent les drames, la peur tue. Le roi de Crète Idomeneo a combattu aux côtés des Grecs et navigue victorieux vers son pays. Lorsqu’une tempête effroyable semble ne laisser aucun espoir de survie, Idomeneo, s’accrochant à un ultime recours, invoque Neptune et lui promet le sacrifice de la première personne qu’il croisera, s’il aborde sain et sauf à ses terres. La mer s’apaise soudainement. En posant le pied sur la plage, Idomeneo distingue une silhouette qui s’approche… il n’est pas certain… il plisse les yeux sous le soleil… c’est bien lui… c’est son fils.
 
Et voilà la machine tragique qui s’emballe à nouveau.
Elle emporte avec elle un grand chœur, un monstre marin semeur de terreur et comme une bourrasque soulevée par le dieu des mers, tout le XVIIIe siècle et ses vieilles machines d’opéra. Artifices qui commencent à rouiller, Mozart le voit bien. Le jeune Mozart n’est justement plus si jeune ; nous sommes en 1781, il a vingt-cinq ans et le cœur prêt à oser. Il signe avec ce premier opéra de la maturité une œuvre réflexive, circonspecte et tout à la fois libératoire.
Sa mère vient de mourir et son père l’a sommé de rentrer de Paris afin de reprendre son poste à Salzbourg. Le Prince-électeur de Bavière lui commande un opera seria, genre très codifié, et choisit un sujet hérité de la tragédie lyrique française, puisant dans la mythologie grecque.
 
L’autorité impose, Mozart dispose. Visionnaire, il modernise la forme en floutant l’alternance de récitatifs et d’airs et en composant des ensembles habituellement réservés au style bouffe : duo, trio et grande nouveauté, quatuor. L’opera seria respire. On hume les premiers effluves de l’ouragan romantique qui va bientôt chavirer l’Europe.
 
Sandra Pocceschi et Giacomo Strada offrent un spectacle ténébreux où les voix aiguës des solistes sont les lumières d’un monde sombre et brutal. Nathalie Gendrot
 
Nouvelle Production

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Nom*
  • E-mail*
  • Site web
  • Message*

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.