Site officiel de l'Opéra Grand Avignon
  • Le Feuillet de l’Opéra

    Blog signé Marianne Millet

  • La fille mal gardée

    Samedi 5 mai 2018 à 20h30
    Pôle Culturel Jean Ferrat - Sauveterre

    Lire la suite

    A partir de 8 euros

  • SAISON 2017-2018

    LIBERTÉ

  • 4ème concours OPÉRA Raymond Duffaut JEUNES ESPOIRS

    Du 26 au 29 septembre 2018

    Opéra Confluence

NAVETTE OPÉRA, la navette qui vous emmène à l’Opéra !

De mars à juin, la Navette Opéra ne desservira plus les arrêts suivants :
Avignon Poste, St Michel et St Roch. Ils sont remplacés par l’arrêt Gare Centre.
Pour toute information, cliquez ICI

Bienvenue à Galanta

  • Dates
Samedi 17 mars 2018 à 17h
Opéra Confluence
  • Infos pratiques
  • Tarifs : A partir de 6 euros
  • Durée : 1h15

    Spectacle famille

 
 

D’après Les Danses de Galanta
de Zoltán Kodály

 
Direction Samuel Jean
 
Comédien Régis Royer
Direction artistique Géraldine Aliberti
Lumières Grégoire Delafond
 
Orchestre Régional Avignon-Provence
 
 
Les Danses de Galanta sont à Kodaly ce que Les Danses Hongroises sont à Brahms : des musiques vivantes, profondes et passionnées surgissant des souvenirs de Zoltan. Galanta fut le village où il passa son enfance. Il y vit ses premiers émois musicaux chez un jeune ami tzigane chez qui la musique rythme les joies et tristesses de la vie. Bienvenue à Galanta propose un voyage de village en village sur les pas de Kodály devenu grand compositeur qui décide de partir à la recherche de l’âme tzigane des contrées hongroises.
 
Tous les soirs, les meilleurs musiciens de la ville venaient jouer à la maison.Mon père jouait du violon, ma mère chantait, et Emilia, ma sœur, était au piano. C’est elle qui plus tard m’a appris à en jouer. J’aimais toucher à tous les instruments, je me débrouillais pas mal en violon et en piano. Mais mon véritable instrument c’était le violoncelle… Une fois que la nuit est tombée nous nous retrouvons en petit comité et parlons de tout et de rien avec beaucoup d’animation. Et là, un moment magique se passe, quelques musiciens restent, ceux qui ont envie de nous raconter ce qu’ils ont sur le cœur avec leur instrument. Ce sont des moments de pure grâce. C’est ce que j’appelle l’âme tzigane, la passion des tziganes, on a parfois l’impression que leurs instruments fondent de tristesse. J’aime quand ils retiennent le temps, le ralentissent, et se jouent de nous, on est là accroché à la dernière note du soliste, en se disant qu’est ce qu’il va bien pouvoir dire après..
 
 
Production de la compagnie Les clés de l’écoute
Commande de l’Orchestre de Paris

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Nom*
  • E-mail*
  • Site web
  • Message*

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.