Site officiel de l'Opéra Grand Avignon
  • LA VEUVE JOYEUSE LEHÁR
    LA VEUVE JOYEUSE

    Dimanche 27 Décembre à 14h30
    Mardi 29 Décembre à 20h30
    Jeudi 31 Décembre à 20h30

    Lire la suite

    À partir de 15 euros

  • BASTIEN ET BASTIENNE
    BASTIEN ET BASTIENNE

    Samedi 19 Décembre à 16h

    Lire la suite

    À partir de 8 euros

  • (Ré)Ouverture - Saison 2020/2021 - Le programme
    Programme de la saison

  • Le Feuillet de l’Opéra

    Blog signé Marianne Millet

CHER PUBLIC,

Suite à l’intervention de Monsieur Président de la République annonçant à nouveau le confinement à compter de ce vendredi 30 octobre 2020, nous vous informons que les spectacles ci-dessous sont annulés : (suite…)

DANS LA SOLITUDE DES CHAMPS DE COTON

Date / Heure
Date(s) - 26/10/2020
20:00 - 21:30

Emplacement
Théâtre des Halles

Catégories


DANS LA SOLITUDE DES CHAMPS DE COTON
 

Texte
Bernard-Marie Koltès (texte publié aux Éditions de Minuit)
Mise en scène, scénographie
Alain Timár
Lumière
Richard Rozenbaum
Son et régie
Quentin Bonami
Construction décor et accessoires
Éric Gil

La pièce met en jeu un dealer et un client. Le premier sait que le second désire quelque chose qu’il peut lui offrir, ce qui le rend dépendant à son égard. Il est cependant dépendant lui aussi du désir du client. Koltès interroge les rapports humains, souvent réduits à un marché entre deux protagonistes. Pour résoudre ces oppositions, il entrevoit un seul rapport possible : le deal.
 
« Le premier acte de l’hostilité, juste avant le coup, c’est la diplomatie, qui est le commerce du temps. Elle joue l’amour en l’absence de l’amour, le désir par répulsion. Mais c’est comme une forêt en flammes traversée par une rivière : l’eau et le feu se lèchent, mais l’eau est condamnée à noyer le feu, et le feu forcé de volatiliser l’eau. L’échange des mots ne sert qu’à gagner du temps avant l’échange des coups, parce que personne n’aime recevoir de coups et tout le monde aime gagner du temps. Selon la raison, il est des espèces qui ne devraient jamais, dans la solitude, se trouver face à face. Mais notre territoire est trop petit, les hommes trop nombreux, les incompatibilités trop fréquentes, les heures et les lieux obscurs et déserts trop innombrables pour qu’il y ait encore de la place pour la raison. » Prologue, Bernard-Marie Koltès
 
Avec
Robert Bouvier
Paul Camus
Pierre-Jules Billion

 
Spectacle présenté dans le cadre de la Semaine d’Art
En coréalisation avec le Théâtre des Halles- Scène d’Avignon
Production Théâtre des Halles – Scène d’Avignon
Le spectacle a bénéficié du soutien du Théâtre du Passage (Neuchâtel, Suisse)